7ème escadre de chasse

CETTE UNITE FUT LA PREMIERE A PILOTER DES JAGUAR


7ème Escadre     EC 1/7     EC 2/7     EC 3/7     RETOUR

La 7ème Escadre de Chasse est créée le 1er Octobre 1932 à Dijon. Sur Nieuport-Delage, elle est alors constituée de deux Groupes de Chasse : le GC I/7 (SPA 15 et 77) et le GC II/7 (SPA 73 et 78). En Mai 1939, le GC III/7 (SPA 152 et Tête de Furie) rejoint la 7ème Escadre qui comprend alors 6 escadrilles. En 1939 le GC I/7 en Afrique du Nord, le GC II/7 à Luxeuil et le GC III/7 à Ambérieu deviennent autonomes et le commandement de la 7ème Escadre disparaît le 27 Août 1939.
A l'armistice du 22 Juin 1940, le GC III/7 et ses deux escadrilles sont définitivements dissous.

La 7ème Escadre est remise sur pied le 17 Novembre 1951, sur le terrain de Bizerte Sidi Ahmed avec l'EC 1/7 Provence et l'EC 2/7 Nice, équipés de Vampire Mk V. De 1952 à 1961, transformée sur SE 535 Mistral, elle participera au maintien de l'ordre en AFN.

La fusion des deux escadrons le 1er Décembre 1961 pour former l'EC 2/7 Nice impliquera une deuxième dissolution de l'Escadre, plus administrative celle-ci, puisqu'est créée le même jour, la 7ème brigade aérienne, à Nancy-Ochey. Cette brigade regroupe l'EC 1/7 Saintonge et ses escadrilles 3C2 et 4C2, l'EC 2/7 Nice et ses SPA 73 et 78 et l'EC 3/7 Languedoc avec ses 3C1 et SPA 38. Elle est équipée de MD 454 Mystère IVA.

En Mars 1962, on revient à l'appellation plus conventionnelle de 7ème Escadre de Chasse tandis que l'EC 1/7 Saintonge redevient l'EC 1/7 Provence. Le 1er Février 1964, à la faveur d'une campagne de tir à Cazaux, l'EC 2/7 Nice demeure sur place pour devenir l'EC 2/8 Nice, rattaché à la 8ème Escadre.

Installée sur la base aérienne 113 de Saint-Dizier depuis 1973 et depuis sa transformation sur Jaguar, la 7ème Escadre revient à sa composition à trois escadrons avec la création, le 1er Mai 1974, de l'EC 2/7 Argonne (SPA 31 et 48), escadron dont la mission principale est la transformation, sur biplace, de tous les pilotes français qui voleront sur Jaguar. Depuis cette même année 1974, les EC 1/7 et 3/7, renforcés par l'EC 4/7 Limousin créé à Istres en 1980, participent à la mission préstratégique de la Force Aérienne Tactique.

Après le rattachement du Limousin à la 4ème Escadre le 1er Août 1989, la 7ème Escadre de Chasse comprend, de nouveau, trois escadrons, toujours stationnés à Saint-Dizier. Ayant participé aux opérations de Mauritanie et du Tchad depuis 1976, elle a, en Décembre 1989, franchi le cap des 200 000 heures de vol sur Jaguar A et E.

En Août 1995, la 7ème Escadre de Chasse, tout commes les autres EC, est dissoute au profit d'escadrons renforcés et plus autonomes.


ESCADRON 1/7 PROVENCE

L'Escadron de chasse 1/7 est composé des escadrilles SPA 15, SPA 77 et SPA 91


SPA 15     SPA 77     SPA 91     RETOUR

L'Escadron de Chasse 1/7 Provence perpétue les traditions des escadrilles SPA 15 (casque de Bayard, créée le 22 Août 1912 à Reims, équipée de monoplans construits par Robert Esnault-Pelterie REP type K 80, sous le nom REP 15) et SPA 77 (Croix de Jérusalem, créée le 19 Septembre 1916 à Lyon). La REP 15 est la seule escadrille à être équipée de ce type d'appareils et participe à la bataille de la Marne. En Avril 1915, elle est rééquipée avec des Morane-Saulnier type L Parasol et renommée MS 15, puis avec des Nieuport XI et XVII au mois de Septembre de la même année, où elle devient la N 15. En Octobre 1917, elle perçoit des SPAD VII et prend son appellation définitive de SPA 15. Ceux-ci seront remplacés par des SPAD XIII au printemps 1918. A l'armistice du 11 Novembre 1918, l'escadrille est créditée de 73 victoires officielles et 7 Drachen incendiés.

La N 77, équipée de chasseurs Nieuport XII bis et Ni XVII, est constituée à Lyon-Bron le 19 Septembre 1916. En Septembre 1917, totalement rééquipée en SPAD, elle prend l'appellation de SPA 77. Elle aura obtenu 50 victoires confirmées. Celles-ci deviennent respectivement 4ème et 8ème escadrilles de 2ème Régiment d'Aviation de Chasse à Strasbourg en 1920, et 5ème et 6ème escadrilles du 32ème Régiment Aérien Mixte en 1924.

Le Groupe de Chasse I/7 composé des SPA 15 et 77 est formé à Dijon en Octobre 1932. Il y restera jusqu'au 26 Janvier 1939 avant de rejoindre la Tunisie. Il formera alors avec le GC I/6 l'Escadre de Marche d'Afrique du Nord sur Morane Saulnier 406. Suite à l'entrée en guerre de l'Italie, une partie des pilotes part pour l'Egypte afin de protéger cet allié d'une possible attaque aérienne de ce pays. Surpris par l'armistice le 26 Juin, pilotes et avions du détachement vont constituer le Free French Flight n°2 et rester aux côtés des Anglais.

Le reste du groupe reste à Rayak. Le 15 Mai 1941 les Britanniques attaquent la Syrie. Le GC I/7 est le seul Groupe de Chasse présent dans le secteur, et ses vieux MS 406 seront les seuls à intervenir face aux Blenheim anglais. Le 18 Juillet 1941, après l'Armistice de Saint Jean d'Acre, les MS 406 du GC I/7 serviront à armer le GC Alsace. Son personnel est rapatrié en France et réuni sur la base de Toulouse-Francazal le 16 Août 1941. Sa dissolution intervient le 4 Octobre 1941.
Reformé sur le terrain de Bône (Algérie) le 16 Septembre 1943, constitué des SPA 15 et 77, il devient le Squadron 328 sur Spitfire Mk VB et constitue, avec le GC II/3, le 338th Wing. Il a pour mission d'effectuer des opérations de défense côtière et de protection des convois. En Avril 1944, le GC I/7 s'installe à Borgo, en Corse, et effectue des missions d'interdiction de la navigation côtière ennemie le long des côtes italiennes et françaises. C'est à cette époque que le Groupe est baptisé Provence.

Le 3 Septembre 1944, le I/7 se pose à Istres le Vallon et participe à la victoire finale par des missions de couverture, de reconnaissance armée, de raids d'interdiction et de protection des bombardiers. Il s'installe successivement à Lyon-Bron, Dijon et Luxeuil. En 1945, il s'installe à Colmar, Strasbourg puis Stuttgart et suit la progression des Alliés en Allemagne. Le 7 Mai 1945, 10 Spitfire du Provence effectuent la dernière mission de guerre de la Chasse française. Il aura obtenu 17 victoires aériennes depuis sa reconstitution en 1943. Le 12 Juillet, il s'installe à Friedrichshafen, au bord du lac de Constance.

En Octobre 1945, le groupe quitte l'Allemagne pour l'Indochine, à Phnom Penh, d'abord sur Nakajima Ki 43 Oscar, lesquels n'accompliront même pas leur première -et dernière- mission opérationnelle pour des ennuis de moteur, puis sur Spitfire Mk IX. La 1ère Escadre, dont le Groupe fait partie, est relevée en Juillet 1946 et remplacée par la 2ème Escadre. Le 1er Octobre 1946, le Provence est de retour à Friedrichshafen. En Juillet 1947, le groupe est numéroté GC I/7 Provence. A partir de 1950, il utilise des Republic P-47D Thunderbolt, mais pour très peu de temps. En effet, le 2 Octobre 1951, le Provence, équipé de DH 100 Vampire quitte Oran pour gagner Bizerte Sidi Ahmed. Le 17 Novembre 1951, la 7ème Escadre de Chasse est reconstituée et le I/7 devient l'Escadron de Chasse 1/7 Provence.

En Avril 1953, l'escadron reçoit ses premiers Mistral. Il participe aux opérations de maintien de l'ordre en Algérie entre 1956 et 1961 sur Mistral puis se transforme sur Mystère IVA à Dijon pour retourner à Bizerte. Le 25 Octobre 1961, l'Escadron quitte l'Afrique du Nord et ses Mystère IV rejoignent la base de Metz-Frescaty. Il y est dissous le 1er Décembre de cette même année.

Mais le 1er Décembre 1961 est constitué sur la base de Nancy-Ochey la 7ème Brigade Aérienne, qui comprend notamment l'EC 1/7 Saintonge (escadrilles 3 C2 et 4 C2). Courant Mars 1962 le 1/7 redevient l'EC 1/7 Provence, composé des SPA 15 et 77. Jusqu'à sa transformation sur Jaguar et son déplacement sur la base aérienne 113 de Saint-Dizier, le 1/7 est chargé du mûrissement des pilotes de chasse avant leur passage sur Mirage III. Le 24 Mai 1973, l'escadron arrive officiellement à Saint-Dizier avec quatre Jaguar A et deux Jaguar E. Il aura utilisé le Mystère IV pendant près de douze ans. Sa nouvelle mission est la pénétration nucléaire tactique. Le 24 Juillet 1974, un Jaguar du 1/7 tire une arme nucléaire à Mururoa. A partir de 1978, l'escadron fournit des détachements en Afrique (Mauritanie, Tchad, Sénégal...).

Une dizaine de pilotes du 1/7 participe à la Guerre du Golfe, ce qui permet au Provence de recevoir la Croix de Guerre des Théâtres d'Opérations Exterieurs avec palme. Le 1er Septembre 1991, l'Escadron perd sa mission de pénétration nucléaire au profit de l'assaut conventionnel. Il est également chargé de la mise en oeuvre du missile AS 37 Martel anti-radar. Enfin, en Décembre 1996, l'escadron hérite d'une troisième escadrille, à savoir la SPA 91, auparavant 1ère escadrille de l'EC 2/11 Vosges.


ESCADRON 2/7 ARGONNE

L'Escadron de chasse 2/7 est composé des escadrilles SPA 31, SPA 48 et SPA 154 DISSOU EN JUILLET 2001


SPA 31     SPA 48     SPA 154     RETOUR

L'Escadron de Chasse 2/7 Argonne perpétue les traditions des escadrilles SPA 31 (Archer Romain, devise Droit au But, créée le 24 Septembre 1914 à Dijon) et SPA 48 (Tête de coq, devise Chante et Combat, créée le 19 Mars 1915 en tant que MS 48 puis N 48).

La MS 31, équipée de Morane-Saulnier, a pour mission la reconnaissance photographique et le lancement de fléchettes Bon en acier, l'un des premières armes air-sol de la Grande Guerre. Elle remporte sa première victoire le 27 mars 1915. Rééquipée en Nieuport X, elle devient N 31 le 20 Septembre 1915. Début 1917, elle commence à percevoir des SPAD VII puis des SPAD XIII en Septembre, mois au cours duquel elle prend sa dénomination définitive de SPA 31. A la fin de le guerre, elle sera titulaire de 46 victoires homologuées, dont 4 Drachen.

Le 1er Janvier 1920, les SPA 31 et 48 deviennent respectivement 4ème et 5ème escadrilles au sein du 2ème Groupe de Chasse (avec la SPA 94) du 1er Régiment d'Aviation de Chasse de Thionville. On les retrouve 5ème et 6ème escadrilles du 34ème Régiment d'Aviation Mixte le 1er Janvier 1924. Le groupe remporte deux fois la coupe Military Zenith (1928 et 1931), qui lui sera définitivement attribuée. En 1931, il effectue un raid en Afrique du Nord.

Le 1er Juillet 1932, les SPA 31 et 48 forment le Groupe de Chasse I/1. En 1939, équipé de Dewoitine 510 puis de Marcel Bloch 152, il participe à la campagne de France et remporte 25 victoires confirmées. Maintenu après l'armistice, le GC I/1 sera atteint par la dissolution générale des unités de l'Armée de l'Air, le 1er Décembre 1942, alors qu'il est équipé de Dewoitine 520 depuis le 28 Mai.

Le 1er Février 1953, l'escadron renaît sous l'appellation Escadron de Chasse 3/1 Argonne, basé à Saint-Dizier et équipé de Republic F-84G Thunderjet. L'escadron participe au maintien de l'ordre en Algérie en Février-Mars 1956, en parrainant les EALA 2/71, 14/72 et 20/72. Il est équipé de F-84F Thunderstreak en Mai 1956 et prend part à l'expédition du Canal de Suez en Octobre-Novembre de la même année. Le 1er Novembre 1957, l'escadron est dissous en raison des problèmes d'effectifs liés à la participation de l'Armée de l'Air aux événements d'Afrique du Nord.

Le 11 Octobre 1974, les SPA 31 et 48 forment à nouveau officiellement l'EC 2/7 Argonne équipé de Jaguar et à nouveau basé à Saint-Dizier. Il a pour mission la transformation des pilotes sur Jagar. A partir de 1978, il fournit également des détachements en Afrique. Et en 1991, plusieurs de ses pilotes prendront part à la Guerre du Golfe. En Mai 1994, les 75 000 heures de vol sur Jaguar sont dépassées. Près de 750 pilotes auront été formés sur cet appareil. En Octobre 1995, trois Alpha Jet sont mis en place au sein de l'escadron.

Le 2 Juillet 1994, l'escadron reçoit une troisième escadrille qui reprend les traditions de la SPA 154.


ESCADRON 3/7 LANGUEDOC

L'Escadron de chasse 3/7 est composé des escadrilles SPA 38, 3C1 et LA FURIE DISSOU EN JUILLET 2001


SPA 38     3C1     LA FURIE     RETOUR

L'Escadron de Chasse 3/7 Languedoc perpétue les traditions des escadrilles 3C1 (ancienne flotille de chasse de la marine ayant pour emblème le requin, créée le 1er Septembre 1927 à Hyères), SPA 38 (le chardon lorrain, devise Qui s'y frotte s'y pique, créée le 8 Janvier 1915) et Tête de Furie depuis Décembre 1996.
La 3C1 est créée le 1er Septembre 1927 à Hyères au sein de l'Aéronavale. Elle vole successivement sur Levasseur, Villiers XXIV, Caudron 32, Nieuport 29 et 62 et Morane 225 jusqu'en 1934.

La SPA 38, créée MS 38, effectue tout d'abord des missions de reconnaissance puis de chasse lorsqu'elle est rééquipée avec des SPAD XIII. Elle termine la guerre avec 98 victoires homologuées, ce qui ne l'empêche pas d'être dissoute en Août 1919.

La 3C1 est transférée à l'Armée de l'Air le 1er Janvier 1936 pour devenir 3ème escadrille du GC II/8. La SPA 38, quant à elle (disoute le 10 Août 1919), réapparaît le 1er Avril 1937 sous le nom d'Escadrille Régionale de Chasse 564, et sera dissoute en 1939 pour devenir la 2ème escadrille du GC II/8 à Marseille-Marignane.

En Août 1939, sur Potez 631, le GC II/8 exécute des missions de surveillance côtière sur la Méditerranée puis la couverture de Dunkerque. Equipé de Bloch 152, le groupe est dissous en Novembre 1942 avec 15 victoires à son palmarès.

Officiellement recréé le 1er Août 1951, le GC II/8 Languedoc est constitué le 16 Août à Oran et doté de P-47. Le 30 Janvier 1952, le groupe s'embarque pour l'Indochine où il effectue des missions de bombardement et d'appui-feu sur F-8F Bearcat. Rapatrié au Maroc début 1955, à Rabat Salé, il est réintégré à la 8ème Escadre de Chasse sur Mistral pour participer aux opérations de maintien de l'ordre et assurer la transformation opérationnelle des jeunes pilotes de l'école de Meknès. Le 1er Août 1959, il reçoit les sept premiers Mystère IVA. Après une courte période à Metz (Juillet 1961), l'escadron s'installe à Nancy-Ochey en Septembre.

C'est le 1er Décembre 1961 qu'il sera rattaché à la 7ème Escadre de Chasse (rapatriée de Bizerte). Ainsi, l'escadron 2/8 Languedoc devient EC 3/7 Languedoc. Entre le 1er Février 1961 et le 19 Décembre 1963, l'escadron 3/7 est responsable de la mise en oeuvre de la Patrouille de France.

Le 1er Décembre 1966, l'EC 3/7 Languedoc, comme toute la 7ème Escadre de Chasse, cesse d'être subordonné au Commandement des Ecoles de l'Armée de l'Air pour être rattaché à la Force Aérienne Tactique. Sa mission principale est alors la défense aérienne en moyenne et basse altitude.

Après douze années passées à Nancy-Ochey, la 7ème Escadre de Chasse est transférée à Saint-Dizier avec ses Mystère IVA. Sa transformation sur Jaguar se déroule à Mont de Marsan du 7 Décembre 1973 au 15 Mars 1974, et, le 14 Mars 1974, le premier Jaguar aux couleurs du 3/7 se pose sur la base aérienne 113.
La 3ème escadrille de l'EC 3/7 Languedoc a hérité en Décembre 1996 des traditions de la 6ème escadrille Tête de Furie du GC III/7. Elle a eu une existence très courte de 16 mois au cours de la seconde Guerre Mondiale et n'a aucune filiation avec une escadrille de la Grande Guerre.